Mot du président du REPTIC

Actu4

Dr. Ing. Pierre-François KAMANOU

Président du REPTIC

Dans son discours à la Nation le 31 décembre 2015, le Président de la République, Son Excellence Paul BIYA, a  dit, je cite : « Il nous faut rattraper au plus vite notre retard dans le développement de l’économie numérique. Celle-ci est un véritable accélérateur de croissance en plus d’être une véritable niche d’emplois pour notre jeunesse. Nous pouvons en tirer avantage pleinement ».

Ainsi instruit,  le Ministère des Postes et Télécommunications a publié en Mai 2016 le Plan Stratégique Cameroun Numérique 2020, qui définit le plan d’actions prioritaires de l’économie numérique, plus spécialement dans les domaines de la transformation numérique de l’administration et des entreprises, du renforcement de la confiance numérique, du développement de contenus numériques locaux.

Bien que cela, la Banque Mondiale dans son rapport du 2 Mars 2017 estime toujours que « le Cameroun ne réalise pas aujourd’hui pleinement le potentiel économique d’un secteur des TIC performants en termes de création d’emplois, de croissance économique, de développement social et de rentrées fiscales », en relevant les points suivants :

  • Il y a un manque à gagner considérable dans le développement des services de contenu et de services basés sur les TIC, qui pourrait représenter une source importante de création d’emplois qualifiés.
  • Les offres ne répondent pas aux attentes et besoins des consommateurs en termes de qualité et de prix, limitant l’usage et les revenus associés.
  • Les services de l’administration publique ne bénéficient pas suffisamment des plateformes qui pourraient améliorer l’accès aux services publics et à l’information à moindre coût.

C’est donc dire qu’à ce jour, la situation ne s’est pas améliorée, particulièrement dans le domaine des services mobiles à valeur ajoutée.

Les efforts et les initiatives déployés par le secteur privé national bien que louables restent insuffisants et insusceptibles de rattraper le retard ci-dessus relevé, tant en comparaison avec les pays de niveau de développement comparable. Par contre, partout ailleurs dans le monde, les professionnels des TIC se regroupent au sein d’associations pour représenter ce secteur auprès des pouvoirs publics et défendre leurs intérêts.

C’est fort de ce constat que nous avons pris l’initiative de créer l’association REPTIC, afin de contribuer efficacement à la promotion des TIC et au développement inclusif de l’économie numérique au Cameroun.

C’est pourquoi, nous invitons tous les professionnels du secteur des communications électroniques et du Numérique, à nous rejoindre, pour qu’ensemble nous relevions le défi de la transformation numérique du Cameroun.